La réponse citoyenne et non violente à l'impunité d'Israël.

Menu principal

Boycott Désinvestissement Sanction

Dattes d’Israël pendant ramadan : fraude à l’étiquetage pour booster les ventes

Onglets principaux

La panique prend de l’ampleur dans les Territoires israéliens. L’humiliation publique du PDG d’Orange par le criminel de guerre Benjamin Netanyahu ne suffira pas à la calmer.

Il faut dire que l’inquiétude est bien installée, notamment parmi ces nombreuses sociétés agricoles situées en Palestine occupée qui s’enrichissent en vendant notamment des dattes aux musulmans du monde entier. Ces entreprises cultivent leurs fruits et leurs légumes sur des terres volées aux Palestiniens, puis les exportent en flouant les consommateurs sur leur origine.

Problème : partout dans le monde, la vigilance et la mobilisation de milliers de particuliers empêchent ces entreprises de tromper en toute discrétion, à travers des initiatives comme les campagnes BDS(Boycott Désinvestissement Sanctions).

Refusons les dattes israéliennes pour ramadan
BDS. Trois lettres longtemps méprisées par les gouvernements successifs des Territoires israéliens. Trois lettres qui aujourd’hui inquiètent tant le Premier ministre israélien himself ne cesse de monter au créneau pour tenter un chantage à l’antisémitisme : ne pas engraisser l’Etat voyou d’Israël en refusant d’acheter les avocats, les citrons, les pamplemousses ou encore les dattes exportées à travers le monde serait de l’antisémitisme. Lol, évidemment.

Les dattes, parlons-en. Pendant le mois de ramadan, des milliers de tonnes sont consommées un peu partout dans le monde. Comme le Prophète (paix et bénédiction sur lui), les musulmans apprécient de rompre leur journée de jeûne avec une ou plusieurs dattes au moment de l’iftar, juste avant la prière du maghrib. Le marché des dattes pendant ramadan est particulièrement intéressant… pour les sociétés israéliennes comme Mehadrin.

Fraude régulière et impunie dans la grande distribution
Si vous faites régulièrement vos courses chez Carrefour, vous avez sûrement vu cette boîte de carton dans le rayon ramadan, ou, le reste de l’anée, dans le rayon fruits et légumes. Sur la photo suivante, l’origine des dattes est bien indiquée, ce qui n’est très souvent pas le cas.

Soit rien n’est indiqué, soit les dattes sont présentées hors de leur emballage afin que les consommateurs ne se rendent pas compte qu’elles proviennent d’Israël. C’est une pratique parfaitement illégale, puisque les commerçants ont un devoir d’information sur l’origine des produits qu’ils vendent.

Si vous constatez une telle fraude, n’hésitez jamais à prendre plusieurs photos : photos en gros plan, photos des dattes et de la boîte le rayon, photos des dattes avec en arrière-plan suffisamment d’éléments pour identifier l’enseigne et une vidéo. Ne vous contentez ni d’une seule photo ni de photos qui ne permettront pas aux magasins incriminés de nier les faits.

En février 2014, suite à un article dénonçant cette pratique chez Auchan, l’enseigne contacta laDGCCRF pour se plaindre d’Al-Kanz. Nous aurions menti, l’étiquetage était selon l’enseigne correct et conforme à la législation. En vain, Auchan avait bel et bien été prise la main dans le sac.

Les photos en boîte, envoyez le jour-même un mail à la Répression des fraudes, qui diligentera une enquête. Cette action, simple et à la portée de tous, peut enrayer la tromperie généralisée et demeurée impunie.

Mehadrin, Israël en Namibie
Venons-en au tour de passe-passe de la société israélienne Mehadrin, qui face à l’efficacité des campagnes BDS a choisi de commercialiser ses dattes en passant par la Namibie comme d’autres maquillent les voitures qu’ils volent pour mieux les revendre.

L’écriture arabe sur le côté vise à attirer le chaland arabe et musulman, chacun l’aura compris.

L’an dernier, la manoeuvre toujours d’actualité fut plus grossière que les années précédentes. Mehadrin décida d’écrire en gros « Produce of Namibia », autrement dit « Produits de Namibie».

Autre manoeuvre : les dattes de type medjoul, trop reconnaissables, ont été remplacé par des dattes de type zamli, plus discrètes.

Nous sommes en France, il y a des lois qui protègent les consommateurs contre ces pratiques frauduleuses. Elles doivent être respectées. Pour autant, sans une mobilisation des consommateurs, sans la mobilisation de chacun d’entre nous (photos en magasin, courriel ou lettre à la Répression des fraudes), les margoulins continueront à sévir au détriment des Palestiniens.

Source: al-kanz.org